une séance sur "Croire et savoir" à partir de la lecture d'une adaptation du mythe de la caverne de Platon

Publié le par Edwige Chirouter

Croire et savoir.

Une séance de discussion philosophique à partir de la lecture d’une adaptation de l’allégorie de la caverne de Platon (Bruno Jay, La caverne de Platon, Ed du Cheval Vert, coll. « Les mythes philosophiques »)

Ecole Epeau. Le Mans. Classe de CM2. Classe de Michelle Renaudeau.

Séance n° 2 Durée 1h30

 9782918583011

Domaines : Littérature et Instruction civique et morale

 

Objectifs :

Littérature : Approfondir sa culture littéraire. Interpréter un texte

Instruction civique : Participer à un débat démocratique. Apprendre à réfléchir.

 

Compétences :

Etre capable de participer à un débat sur une œuvre en confrontant son point de vue à d’autres de manière argumentée.

Etre capable de prendre la parole devant les autres, écouter autrui et justifier un point de vue.

 

 

 

 

 

 

 

Travail en amont :

* Séances sur les mythes et la notion d’Allégorie.

* Lecture d’albums et de documentaires sur le thème du savoir, de la science et de l’ignorance :

Jacqueline Duhême, Les passions Emilie, marquise du Châtelet, Gallimard Jeunesse

Sven Nordqvist, Les découvertes de Nick, L’école des Loisirs

Ed Young, Sept souris dans le noir, Milan

croire-ou-savoir.jpgPeter Sis, Le messager des étoiles, Galiléo Galiléi, Grasset

Brigitte Labbé et Michel Puech, Ce qu’on sait et ce qu’on ne sait pas, Milan, coll. « Les goûters philo »,

Brigitte Labbé et Michel Puech. Croire et savoir, Milan, coll. « Les goûters philo »

Marc Levy-Leblond, A quoi sert la Science ?, Bayard,  coll. « Les petites conférences »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Déroulement de la séance. Groupe classe. 1h30.

 

1)      Lecture à voix haute de l’album de Bruno Jay La caverne de Platon. Ed du Cheval Vert, coll. « Les mythes philosophiques » (10 minutes)

 

2)      Questions de compréhension. Vocabulaire. Structure du récit (10 minutes max)

 

3)       Débat interprétatif/réflexif collectif sur le sens de l’allégorie: (35 minutes)

Pendant la séance, des élèves peuvent venir au tableau mimer la scène pour permettre une meilleure compréhension de l’allégorie.

 

 

Questions possibles lors de la discussion :

- Qui sont les hommes de la caverne ? (réponses attendues : les hommes enchainés par l’ignorance/les préjugés/ les passions/les pulsions/ les erreurs/les fausses idées/les croyances, etc.), que représentent-ils ? (l’état d’ignorance, les enfants ou les adultes prisonniers de l’ignorance, des préjugés)

- Que représentent que les ombres ? (réponses attendues : l’ignorance, les préjugés, les opinions toutes faites, la bêtise, la connaissance première par les sens, les croyances, la pensée magique, etc.)

- Qui est le prisonnier qui se libère ? (le philosophe, le savant, l’enfant qui apprend, qui grandit, l’adulte qui continue d’apprendre, tout ceux qui sont dans l’illusion, etc.)

- Décrivez ce qu’il ressent quand il sort de la caverne (de la douleur, de la souffrance)

- De quel passage, de quel cheminement Platon nous parle t-il ? (de quel état à quel état passe-t- il ?) (Réponses attendues  de la caverne à la lumière, de l’ignorance au savoir ou/et de l’enfant à l’âge adulte ou/et de l’animalité à l’humanité et/ou de l’erreur (des préjugés, des représentations, de la superstition) au savoir véritable, scientifique, etc.). Pointer avec les élèves que l’on parle du « siècle des Lumières » pour parler du XVIII siècle, le siècle de laïcisation de la science, de la pensée philosophique, et de l’organisation politique. Demander des noms de philosophes rattachés à ce courant – Rousseau, Diderot, Voltaire).

 Pourquoi le prisonnier revient-il dans la caverne ? (réponses attendues  il a une mission. Il doit apporter la vérité, il doit enseigner aux autres, les sortir de l’ignorance, etc.)

- Que se passe-t-il quand le prisonnier libéré revient dans la caverne ? (réponses attendues  on se moque de lui, on le rejette, on le tue). A quel scientifique cela vous fait-il penser ? (Socrate lui-même, Galilée. Donner d’autres figures moins connus comme G. Bruno, Darwin, etc.).

 

4)      Synthèse et reformulation de la leçon philosophique du texte  (15 minutes): Qu’est-ce que ce texte nous dit sur qu’est-ce qu’apprendre et comment atteindre la vérité ? :

·         Première grande leçon : La connaissance rend libre (mais pas forcément heureux et cela peut même être dangereux de connaitre la vérité). Mais c’est une nécessité de sortir de l’ignorance qui est une prison (la caverne). Le savoir est une lumière (cf. Les Lumières). L’ignorance est une aliénation. Le savoir rend libre (cf. Pourquoi apprend-t-on à lire, à compter, à connaitre l’histoire ? pourquoi va-t-on à l’école ? A quoi ça sert d’apprendre ? Rappeler que c’est une quête, que la scolarisation obligatoire est récente dans notre histoire et que beaucoup d’enfants dans le monde n’ont toujours pas accès à ce droit, cf. convention des droits de l’enfant))

·         Deuxième grande leçon : Apprendre est un acte difficile, parfois douloureux. Le prisonnier souffre. Ce n’est pas facile de changer d’idées, de vision du monde, de reconnaitre qu’on s’est trompé, qu’il faut changer, devenir autre et grandir. Donc apprendre c’est nécessaire pour être libre mais c’est un chemin difficile.

 

Terminer la séance par des questions plus générale que le statut de la Vérité (5 minutes) : qu’est-ce qu’une vérité ? Comment pouvons-nous savoir qu’une connaissance est vraie ? Comment la trouver ? Comment être sûr ? Quelles différences y a t-il entre croire et savoir ? Ne pas engager le débat dire que ce sera l’objet dune autre séance de philo/sciences.

 

5)      Synthèse du débat et trace écrite collective des idées principales dégagées lors de la séance. (10 minutes)

 

J’écris à la toute fin au tableau le poème de René Char : « La lucidité est la blessure la plus proche du soleil » - liste Littérature cycle 3. A travailler lors de la prochaine séance philo…

Edwige Chirouter. edwige.chirouter@wanadoo.fr

Commenter cet article